Maldoror et moi

Éditions Glénat, 2022

Dessins et couleurs : Laurent Richard

144 pages, 22 euros

Martin a 17 ans, il vit seul avec son père dans une maison mitoyenne coincée dans un ensemble suburbain sans personnalité, pas très loin de l’océan. C’est un adolescent solitaire, ténébreux, un peu triste. Il ne semble trouver son bonheur que dans un constant apitoiement. Mais un jour, il découvre Les Chants de Maldoror du Comte Lautréamont. C’est une révélation. L’imaginaire macabre et surréaliste du poème en prose le bouleverse, l’attire et finit par l’obséder. Les chants qui composent l’ouvrage imprègnent ses pensées et s’immiscent dans sa réalité. Les mots de Lautréamont contaminent la psyché de Martin. Peu à peu, le monde réel et l’imaginaire deviennent indiscernables. Martin marche dans les pas de Maldoror qui souffle au creux de son oreille des idées violentes et macabres…
Maldoror et moi est une aventure initiatique et singulière. C’est le flirt entre un garçon et une oeuvre dans laquelle il reconnaît sa souffrance. Un voyage aux frontières de la folie, un hommage à la puissance du texte de Lautréamont et une réflexion sur la porosité de l’adolescence, ses fragiles équilibres et ses mises en danger nécessaires.

Laisser un commentaire