Un moment que…

Un moment que je n’avais pas trouvé le temps de passer par ici pour donner quelques nouvelles… C’est que ces dernières semaines, interventions scolaires, ateliers et salons se sont enchaînés à un rythme pas loin d’être effréné. Une des conséquences de la longue période morne et virale que nous avons toutes et tous traversés. Voilà ce qui m’a tenu éloigné de mon bureau. De très jolis projets, menés en local (ateliers d’écriture à Pipriac en primaire et à Redon au collège, interventions scolaires dans le cadre du super salon du livre jeunesse de Questembert) et bien plus loin, du côté de Commercy dans la Meuse.

Retour au calme donc, le moment parfait pour évoquer les derniers livres arrivés en librairie.

Parution très récente de deux opus qui permettent de poursuivre des collections qui me tiennent très à cœur parce qu’elles ont du sens. La joie aussi de les travailler en local, avec de multiples faces à faces possibles, ce qui me semble précieux pour avancer.

Suis du doigt le hérisson avec mes amies des éditions de La Cabane bleue. Pour tout savoir sur le hérisson, animal qui ne manque pas de piquant. Magnifiquement illustré par Léonie Koelsch.

La disparition de ma maîtresse, sixième livre de la collection Et si on parlait de… qui se propose d’aborder des sujets de santé publique, avec l’éclairage du psychologue Baptiste Fiche et pour ce volume, les douces images de Marine Cariou. Il fallait pas mal de douceur puisque ce livre évoque le deuil. Collection accueillie chez Hygée éditions.

Voilà pour les parutions du printemps.

A la fin de l’été, vous retrouverez Lili, l’héroïne de l’Encyclopédie des peurs pour une deuxième aventure. Sortie le 18 août chez Jungle. Ewen Blain travaille sur les dernières planches du volume. Sans tout dévoiler, sachez que Lili aura pour la seconder un nouvel ami, Rudy. J’espère que vous réserverez un bon accueil à ce nouvel opus.

Et pour voir un peu plus loin… eh bien au printemps 2023 sortira Les Ambassadeurs, roman graphique antispéciste développé avec l’ami de longtemps, Laurent Richard.

Laisser un commentaire