Maldoror et moi… Fin de chantier

L’ami Laurent Richard, avec qui je chemine depuis un moment, m’a envoyé cette semaine la totalité des planches de notre nouveau roman graphique, Maldoror et moi, à naître chez Glénat en 2021, dans la belle collection 1000 feuilles, dirigée par Franck Marguin.

J’ai lu ces 139 planches avec beaucoup d’émotion. Un moment que nous travaillons sur ce récit avec Laurent. Un truc un peu fou au départ… Proposer une déclinaison graphique des Chants de Maldoror, restituer une partie au moins de leur force, de leur violence inouïe, de leur audace. Maldoror et moi, c’est l’histoire de Martin, jeune adulte, et de sa rencontre avec ce livre incroyable.

En discutant autour de moi, je me suis aperçu que peu de personnes connaissaient le chef-d’œuvre que sont Les chants de Maldoror. Si notre travail peut leur donner envie d’aller plus loin en lisant eux aussi, comme Martin, Lautréamont… A leurs risques et périls, bien sûr…

Jusqu’où un livre peut-il marquer son lecteur ? Des mondes qui paraissent si loin l’un de l’autre peuvent-ils se rapprocher, se contaminer ? Qu’est-ce qui nous bouleverse et nous fonde ?

Martin découvre la noirceur absolue des Chants de Maldoror et les chants déteignent progressivement sur lui, sur son quotidien.

Je voulais aujourd’hui, pour fêter la fin de ce chantier, vous proposer quelques images, histoire de vous mettre l’eau à la bouche…

Grand merci à Laurent pour tout le travail fourni, merci à Franck Marguin de nous avoir accueilli une nouvelle fois (après Nanaqui) dans sa belle collection, merci enfin au Centre National du Livre d’avoir soutenu ce projet en m’accordant une bourse.

Laisser un commentaire